Comprendre les différents types de contre expertise incendie

45
Partager :

Très souvent, vous êtes victime des sinistres notamment l’incendie. En effet, vous avez toujours tendance à faire appel à un expert pour que ce dernier fasse l’évaluation des dégâts. Ensuite, ce dernier vous procure un rapport lié à l’expertise. Néanmoins, si les éléments présents single rapport ne vous convient pas, ne vous chamaillez pas avec l’expert. À cet effet, procéder à une deuxième expertise reste l’un des moyens les plus sûrs pour résoudre le problème. Trouver dans cet article, une compréhension parfaite des différents types de contre expertise incendie.

Contre expertise amiable

Lors d’un sinistre, l’incendie par exemple, le principal rôle de l’expert est d’évaluer les dommages qui sont liés à l’incendie. Il a également pour rôle d’évaluer les éventuelles anomalies.Ce dernier est nommé par l’assureur à qui il soumet un rapport qui va ensuite influer sur l’indemnisation. S’il arrive que l’assuré n’est pas d’accord avec le montant de l’indemnisation ou le rapport de l’expert, il a la possibilité a sont tout de nommer un deuxième expert. Les honoraires de ce dernier seront à sa charge.

A découvrir également : Les avantages de la vaisselle en céramique artisanale

En principe, cette deuxième expertise se réalise en présence du premier expert et ainsi donne lieu à une discussion entre les deux experts. S’il arrivait qu’aucun terrain d’entente n’est trouvé, il est nécessaire de nommer un troisième expert. Les frais d’honoraires de ce dernier expert sont partagés entre les deux parties. Ce type d’expert reste particulièrement du domaine de l’amiable et ce même si aucun accord n’est trouvé.

Contre expertise unilatérale

Dans le code des assurances, si vous souhaitez vraiment contredire une expertise après un incendie, c’est à vous même de trouver un contre expertise. À l’instar des experts assurés, vous êtes ténue de fournir au contre expert tous les éléments nécessaires. Cela lui permet d’évaluer l’incendie en toute tranquillité. Ainsi, une contre expertise incendie est unilatérale lorsque cette dernière est réalisée en présence d’une seule des parties. Elle est alors considérée comme unilatérale. Dans ce cas, il n’y pas de discussion ni de débat. Le rapport reste tel qu’il est.

Lire également : Comment choisir une bonne doudoune chaude ?

Contre expertise contradictoire

Au cas où les deux parties sont toutes présentes alors la contre expertise devient dès lors une contre expertise contradictoire. Si la contre expertise est demandée par les deux parties, en principe les honoraires de l’expert sont partagés. Sachez qu’une contre expertise incendie demandée par les deux parties peut demeurer unilatérale si une seule partie est présente ou représentée.

Par contre, un diagnostic demandé par une seule des deux parties et auquel les deux parties sont présentes est considéré comme une contre-expertise contradictoire. Dans ce cas, la contre-expertise incendie peut-être source de débat et de discussion entre les deux parties. De cette discussion, les deux parties peuvent arriver à s’entendre ou non car chacun défend son intérêt.

Contre expertise judiciaire

Au cas où, un litige est porté devant la justice, le juge peut ordonner une contre-expertise spécifique. Cette contre-expertise spécifique lui permettra de recueillir des informations complémentaires venant confirmer ou infirmer les éléments du dossier. La particularité de la contre expertise judiciaire, c’est d’être forcément et obligatoirement contradictoire sous peine de nullité. En effet, l’expert qui est nommé doit véritablement posséder les capacités nécessaires à l’analyse des éléments de l’incendie.

C’est ainsi qu’un expert en automobile par exemple ne doit pas être missionné pour évaluer les dommages corporels qui résultent de l’incendie d’une habitation. Une fois que la contre expertise judiciaire est terminée, l’expert remet particulièrement un rapport au juge.

En effet, les conclusions de ce rapport ne sont nullement assimilables à un jugement. Seul le magistrat va prendre sa décision et tout ceci en fonction de son intime conviction. Si l’assuré a eu à souscrire à une garantie de protection juridique, les frais d’expert peuvent dans certains cas être pris en charge par cette assurance. Parfois, cette dernière est incluse dans certains contrats ou peut être souscrite en option.

Partager :