Faut-il un permis de construire pour un carport en aluminium ?

Aujourd’hui, pour mettre à l’abri une voiture une caravane ou un bateau, les Français sont de plus en plus nombreux à se laisser tenter par l’installation d’un carport en aluminium. Permis de construire ou déclaration préalable de travaux, solidité dans le temps, que faut-il savoir avant de craquer pour un tel équipement ?

Carport en aluminium : est-ce véritablement résistant dans le temps ?

En matière de carport, on trouve essentiellement des modèles en bois et des modèles en aluminium. Les premiers d’entre eux présentent l’avantage d’être bien plus économiques, tout du moins à l’achat. Par la suite, il faut régulièrement l’entretenir, le décaper et même le vernir. Cela représente très rapidement un surcoût et une contrainte importante en terme d’entretien.

A lire en complément : Comment faire pour bien entretenir ses jardinières en été ?

C’est d’ailleurs la raison pour laquelle les modèles qui se vendent le plus en France sous des carports en aluminium. Mais là encore, s’il n’y a aucun entretien à prévoir, la longévité de votre équipement est directement fonction de la qualité de la conception. La qualité de l’aluminium utilisé pour la fabrication joue également un rôle important dans la résistance de votre carport.

Dans ce domaine, il est donc préférable de faire confiance à un fabricant reconnu, en l’occurrence SIB. Comme vous pourrez le constater en vous rendant sur le site de la marque SIB, ce fabricant installé en Vendée depuis 1973 ne propose que des modèles imaginés et conçus avec le plus grand soin. Une qualité française qui bénéficie d’ailleurs d’une garantie de 25 ans pour l’assemblage de tous les produits estampillés SIB.

A lire également : Achat ou location de tracteur agricole ?

Alors, quand on se lance dans un tel projet, mieux vaut opter dès le départ pour un produit qui a été conçu pour durer. À terme, c’est toujours beaucoup moins coûteux et beaucoup moins de soucis.

Peut-on construire un carport sans permis de construire ?

En matière d’urbanisation, la loi française est très claire. Le seul cas de figure où vous n’avez besoin d’aucune déclaration, c’est dans l’hypothèse où l’emprise au sol de votre construction ne dépasse pas 1 mètre carré. Au-delà de cette toute petite surface, vous avez obligation de faire, soit une déclaration préalable de travaux, soit un dépôt de permis de construire.

Or, les carports font généralement de 20 à 40 mètres carrés d’emprise au sol. Dans ce cas-là, il y a obligation d’effectuer un dépôt de permis de construire auprès de sa commune. Il faut noter par ailleurs que dès lors que la surface construite dépasse 150 mètres carrés totale (votre habitation comprise), vous devrez également faire appel à un architecte.

Enfin, en matière de règles d’urbanisation, il faut toujours se référer au PLUI, le plan local d’urbanisme intercommunal. Les règles édictées par ce dernier document peuvent-être plus contraignantes que la loi française à l’échelle du territoire dans lequel vous habitez. Le PLUI prévaut toujours sur les autres dispositions. Vous pouvez le consulter auprès de votre communauté de communes dont vous dépendez ou auprès de votre mairie.