Est-il possible d’avoir un prêt immobilier sur 30 ans ou plus ?

22
Partager :

Avec des taux d’intérêt très bas, la plupart des acheteurs peuvent être tentés d’étendre leurs remboursements de crédit immobilier au maximum. Ainsi, si certains des emprunts se sont arrêtés sur 20 ou 25 ans, d’autres n’hésitent pas à souscrire à un crédit immobilier sur 30 ans. Toutefois, si cette possibilité paraît attirante à plusieurs égards, est-elle pour autant profitable sur le long terme ? Plus de détails dans cet article.

Crédit immobilier sur 30 ans : de quoi s’agit-il réellement ?

Si pour certains emprunteurs, un crédit sur une durée de 30 ans semble bénéfique, elle n’est néanmoins pas appropriée à tous les projets immobiliers. Cependant, avant de se lancer sur 30 ans, il est important de connaitre tous les aspects d’un tel prêt.

A lire aussi : Comment obtenir un prêt conventionné (PC) ?

Quels éléments à prendre en compte avant de souscrire à un prêt immobilier sur 30 ans ?

Choisir un crédit immobilier sur 30 ans n’est pas sans effet. En principe, plus le prêt est long, plus le TAEG (taux annuel effectif global) est élevé. Le montant total de cette opération sera donc plus élevé plus que le taux d’un crédit sur une courte durée. La banque considère en effet le risque du prêt et ajuste par conséquent son taux d’intérêt. De plus, pour souscrire à un crédit sur 30 ans, il est nécessaire de connaitre son budget et tenir compte des mensualités de prêt à payer.

Préparer un plan de financement immobilier peut être une excellente option afin d’avoir une vue d’ensemble sur ses finances pendant toute la durée du prêt. Par ailleurs, quand on décide d’étendre la durée du crédit, on augmente directement le cout total de l’opération. Pour donc se protéger, il est nécessaire de souscrire une assurance emprunteur appropriée.

A lire également : Comment constituer une SCI ?

Emprunter sur 30 ans : quels sont les avantages ?

Pour la plupart des profils d’acheteurs, emprunter sur 30 ans est la solution idéale. Il s’agit notamment :

  • Des foyers à faibles revenus

Les ménages à revenus modestes qui souhaitent absolument accéder à la propriété et acheter leur résidence principale peuvent alors profiter de mensualités de paiement moins élevé.

  • Des investisseurs

Pour les investisseurs, le crédit immobilier sur 30 ans peut être aussi une excellente option. En effet, cette opération permet d’utiliser l’effet de levier qui permet à l’acheteur immobilier de s’autofinancer. Ainsi, il est possible de générer des revenus nécessaires pour investir dans des projets d’investissement locatif. Par ailleurs, souscrire un prêt sur une telle durée permet de demander une somme considérable à sa banque et diminuer le taux d’endettement. Ainsi, avec des honoraires de paiement plus faibles, il est possible de mieux contrôler son budget mensuel.

À quelles banques recourir pour un prêt immobilier sur 30 ans ?

Tous les organismes de crédit n’offrent pas aux emprunteurs un crédit immobilier sur 30 ans, puisque le remboursement peut s’étendre jusqu’à un moment de la vie où les problèmes de santé deviennent de plus en plus récurrents. Du côté du taux d’intérêt, celui-ci est plus ou moins élevé selon les banques.

Ainsi, lorsqu’on souhaite recourir à ce type de financement pour son projet immobilier, il est recommandé de comparer les différentes offres de prêts. Aussi, il est possible de faire appel à un courtier qui pourrait trouver l’organisme de prêt ou la banque qui répond aux attentes de l’emprunteur. Par ailleurs, il existe des banques qui acceptent d’endosser ce risque, mais réévaluent les intérêts à la hauteur du risque couru.

Taux d’endettement et crédit immobilier sur 30 ans

Le HCSF (Haut Conseil de Stabilité Financière) a conseillé aux organismes de crédit d’éviter un taux d’endettement qui va au-dessus des 33%. Elle interdit également aux banques de proposer un prêt immobilier exigeant une durée d’emprunt supérieur à 5 ans. Par conséquent, le crédit immobilier sur 30 ans est remis en question. En janvier 2022, de nouvelles suggestions ont été prises. Ainsi, pour s’acquérir un logement neuf, la banque offre un emprunt sur 25 ans au maximum avec 2 ans de différé. Les emprunteurs ne pourront donc plus aller au-delà de cette durée et faire un prêt sur 30 ans.

Partager :